LA CIRGL S’IMPREGNE DE LA PRISE EN CHARGE HOLISTIQUE DE PANZI

31 Mai
0

LA CIRGL S’IMPREGNE DE LA PRISE EN CHARGE HOLISTIQUE DE PANZI

L’Hôpital Général de Référence de Panzi et la Fondation Panzi ont eu l’honneur de recevoir dans leurs installations une délégation de la Conférence Internationale pour la Région des Grands Lacs (CIRGL), le mardi 28 et mercredi 29 mai 2019. Au cours d’une séance scientifique et professionnelle, les envoyés de la CIRGL ont eu l’occasion de tout apprendre sur les quatre piliers du « One Stop Center » et la possibilité de son applicabilité dans les douze pays constitutifs de cette organisation panafricaine.

La réplication du modèle de Panzi s’avère impérieuse dans les différentes structures sanitaires, étant donné que toute la région des Grands Lacs a connu une histoire similaire peinte d’épisodes d’atrocités. Ces dernières sont liées aux conflits armés qui continuent de gangrener les différents pays, notamment la RDC, le Rwanda, le Burundi, la République Centrafricaine et l’Ouganda;

Durant cet atelier auquel Living Peace et Fondation Denis Mukwege ont pris une part active, les responsables des différents piliers, au sein de l’Hôpital et la Fondation Panzi, ont fait des présentations sur les services qu’ils offrent à leurs bénéficiaires, et sur le modèle de fonctionnement de leur circuit de prise en charge. En complément aux gammes de services offerts à travers les quatre piliers principaux, une présentation a été donnée sur l’approche de l’application du modèle One Stop Center  au sein de la société, à travers le projet Tushinde Ujehuri.

Fort de la réussite de modèle de Panzi et dans ses deux centres hospitaliers de réplication (Bulenga et Mulamba),  ainsi qu’au sein des différentes structures partenaires où il est appliqué, les autres pays de la région envisagent s’en inspirer.

Signalons que cette délégation était conduite par Nathan Byamukama, le directeur de Regional Training Facility [RTF], une institution de la CIRGL ayant en charge la prévention des violences sexuelles. Ce diplomate a souvent entendu parler de Panzi, mais aujourd’hui, il a l’occasion de voir de ses yeux le travail, tel qu’effectué par  l’Hôpital Général de Référence de Panzi et la Fondation Panzi. Il invite son institution à imiter le modèle de Panzi, et à le répliquer dans toute la région.

« Nous avons visité la Fondation Panzi parce que nous avons entendu dire qu’elle faisait un bon travail. Nous avons aussi visité l’Hôpital de Panzi, et nous sommes satisfaits parce que leur modèle est salutaire  pour les survivantes des violences sexuelles ; les deux structures travaillent très bien à travers ce modèle holistique. Elles se concentrent sur les victimes, elles leur donnent une prise en charge psychosociale adéquate, un appui socioéconomique, un accompagnement judiciaire et juridique ainsi qu’une prise en charge médicale. Bref, tous les quatre services [du One Stop Center] qu’on avait pu apprendre à partir de l’étranger (lors de l’atelier tenu en Ouganda). Nous devons travailler avec cette institution et emprunter son modèle de prise en charge holistique qui appréhende parfaitement notre contexte socio-écologique », a reconnu Nathan Byamukama.

Pour la Fondation Panzi, c’est un honneur quand la région la prend déjà pour un modèle. L’expertise de la Fondation Panzi, dans la prise en charge des victimes des violences sexuelles sera mise à la portée des différentes institutions régionales, qui en ont besoin, afin de contribuer à la restauration de la dignité humaine au sein de cette région meurtrie par des guerres de tous genres.

A en croire la vice-présidente de la Fondation Panzi, cette visite professionnelle est un ouf de soulagement, du fait que le travail de la Fondation Panzi a toujours été pris avec plus de considération au niveau international. Qu’il advienne autant pour la sous-région, ceci est une grande avancée, et une garantie que les différentes parties prenantes comprennent déjà la pertinence de la lutte que mène le docteur Denis Mukwege, en compagnie de toute l’équipe tant de l’Hôpital que de la Fondation Panzi.

« Je suis très heureuse et très fière de voir aujourd’hui que le monde reconnait notre travail ; et surtout quand ça vient de la CIRGL, ça m’honore encore plus parce qu’en général, c’est plus la communauté internationale, l’Europe, les Etats Unis […], qui reconnaissent notre travail. Mais, aujourd’hui  que nous puissions servir d’exemple, avec notre One Stop Center, [c’est un grand honneur] (ndlr) », s’est réjouie madame Christine Schuler Deschryver.

« On pourra servir d’expert à la CIRGL et à tous ceux qui le veulent, parce qu’on a connu quand-même des décennies de guerres. De par notre expérience, on pourra apporter notre pierre à l’édifice de la Paix ou à l’éradication des violences sexuelles », a promis madame la Vice-présidente du Conseil d’Administration de la Fondation Panzi, Christine Schuler Deschryver.

Au terme de ces assises d’échange d’expérience, entre les experts de la CIRGL et l’équipe de Panzi, une réunion technique s’est tenue en vue de lancer les jalons de la mise en place d’un projet commun pour la formation des formateurs nationaux sur la réplication du modèle de prise en charge holistique en intégrant l’approche de Panzi.

 

Partager
Classés dans :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *