Le Dr Mukwege soutient la marche du 21.01.2018

Message de soutien du Dr MUKWEGE à la marche du 21 Janvier 2018.

« Quand je désespère, je me souviens que tout au long de l’histoire, la voix de la vérité et de l’amour a toujours triomphé. Il y a eu dans ce monde des tyrans et des assassins ; et pendant un moment ils peuvent sembler invincibles, mais à la fin, ils tombent toujours. Pensez-y toujours ».
​​​​​​​​​​ Mahatma Gandhi

Chers compatriotes,

Depuis le 31 décembre dernier, nous assistons dans notre pays, à un tel éveil des consciences, à une telle libération de la parole de vérité, à une telle détermination de notre peuple à briser les chaines de son esclavage que cette citation de Gandhi résonne  comme un appel à la résistance et à l’espérance.
Face à la dictature et à la prédation qui sévissent dans notre pays, notre peuple a dressé les fronts longtemps courbés comme l’y appelaient les pères de notre indépendance. Guidé par des leaders valeureux, il veut en finir avec la médiocrité et reconquérir sa dignité.
Il y a un temps pour tout. Le temps où nous Congolais acceptions de subir la tyrannie de prédateurs est révolu. Nous ne devons plus regarder derrière nous. Nous devons nous concentrer aux seuls buts qui valent notre sacrifice le plus suprême : notre liberté et la libération de notre pays.

Ces derniers jours, tant de compatriotes du pays et de notre précieuse diaspora l’ont crié avec rage. Je joins ma révolte et mon combat à ces cris de colère. Je m’identifie pleinement à cette indignation générale et aux combats des millions de filles et de fils de notre pays. Je me retrouve dans le courage de Son Eminence le Cardinal Laurent Monsengwo. Je me retrouve dans le sermon prophétique et patriotique du Pasteur François-David Ekofo. Je suis fier de ce prophète « Nathan » Congolais qui a su ébranler, en face à face, les  certitudes insolentes des soi-disant dirigeants de notre pays. Je me retrouve dans l’engagement novateur et responsable du comité Laïc de coordination. Je me retrouve dans le combat tenace de la société civile. Je me retrouve dans la détermination de nos mouvements citoyens, de nos partis politiques et de notre audacieuse diaspora, qui luttent depuis longtemps pour le respect de notre Constitution. A tous, je dis : tenons bon dans la résistance, l’issue est imminente et notre peuple vaincra.

Que ce régime illégal et illégitime n’instrumentalise pas nos différences géographiques, ethniques, sociales, linguistiques ou religieuses pour nous opposer et nous diviser. Nos différences sont une richesse. Notre volonté et notre détermination à vivre ensemble est une force à mobiliser pour construire une nation inébranlable. Nous sommes une seule et unique nation : la grande nation congolaise  qui assume son passé et veut prendre en main son destin.
Ce régime ne réussira pas à créer une fracture Est-Ouest, une fracture Swahiliphones-Lingalaphones-Lubaphones-Kongophones, une fracture riches-pauvres ou des fractures ethniques pour nous affaiblir. Nous écraserons ce complot dans l’œuf.
Ce régime ne réussira pas à créer une fracture Protestants-Catholiques. Nous lui barrerons le chemin.
Ce pays est nôtre, « eza ekolo na biso, ni inchi yetu, etshi ditunga dietu, yayi buala na beto ». Lingalophones, Swahiliphones, Lubaphones, Kongophones, catholiques, Protestants et toutes les autres confessions religieuses, marchons ensemble.

Aujourd’hui et demain, nous n’avons qu’une action à entreprendre : résister et vaincre.
Nous n’avons qu’une mission : nous battre pour le retour de l’ordre constitutionnel et la restauration de la dignité de notre peuple.

Nous n’avons qu’une vision : « bâtir un Etat de droit, émergent capable d’entraîner un développement durable et harmonieux non seulement en RD Congo, mais sur tout le continent africain en mettant l’homme au centre de toutes les actions politiques, économiques, sociales, culturelles pour restaurer sa dignité ».

Notre action est de résister et de vaincre pour qu’enfin le changement arrive dans notre pays. Qu’enfin nos enfants mangent à leur faim. Que nos familles se fassent soigner. Que nos jeunes étudient et trouvent du travail. Que nos mères et nos sœurs ne se fassent plus violenter. Que nos parents et nos vieux aient une vie décente dans nos villages. Que notre peuple recouvre sa dignité confisquée.

Comme l’a dit Nelson Mandela en paraphrasant Abraham Lincoln : « c’est un idéal pour lequel j’aimerais vivre longtemps pour le voir se réaliser. Mais s’il le faut, c’est également un idéal pour lequel  je suis prêt à mourir ».
Ainsi, nous faisons encore une fois appel à tous les compatriotes épris de paix, de justice, de liberté et de dignité à Kinshasa comme dans les provinces à se joindre, ce dimanche 21 janvier 2018, à la marche de l’espoir pour le changement.

Tenons bon dans la resistance, la victoire est à notre portée, elle est imminente. Nous vaincrons.

Le 19/01/2018.

Dr Denis MUKWEGE.

partager cet article
Share on Facebook486Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0