UN PARTENARIAT MULTISECTORIEL POUR LE ONE STOP CENTER DE BULENGA

UN PARTENARIAT MULTISECTORIEL

Faire du centre Hospitalier de Bulenga une structure sanitaire autonome, reflétant la parfaite image du modèle holistique de Panzi, tel est le but du partenariat multisectoriel liant la Fondation Pierre Fabre, l’Institut Universitaire Varenne, la Fondation Denis Mukwege et la Fondation Panzi.

Ces différentes institutions ont paraphé, ce lundi 28 mai 2018, un protocole d’accord pour une phase expérimentale d’une durée de trois ans.

Cette collaboration vise à matérialiser la politique de prise en charge holistique que prône la Fondation Panzi, à travers le One stop Center, initiée et mise en œuvre de manière exemplaire à l’Hôpital général de Panzi.
Ce modèle qui vise tout l’homme, passionne particulièrement la Fondation Pierre Fabre. Sa directrice, Mme Béatrice Garrette présente sur place, l’a clairement affirmé au sortir de ces assises. La mission de son organisation étant de garantir les soins de qualité aux personnes qui subissent les traitements injustes, Béatrice Garrette n’a pas hésité à répondre à l’appel du Docteur Denis Mukwege.

« Nous avons été totalement admiratif du modèle qui a été mis en place par le docteur Mukwege et nous avons été sensibles à son appel aussi pour donner les moyens de diffuser ce modèle, et en particulier dans ce centre de Bulenga qu’il a construit. Il est nécessaire qu’il y ait la même qualité, en termes d’approche, de prise en charge, pour ces populations en zones rurales éloignées qui ne peuvent pas venir jusqu’à Panzi » a dit Béatrice Garrette.

La confiance interstructurelle

Ne sortant pas du néant, ce partenariat est un symbole de l’estime et de la confiance entre des structures qui se connaissent et s’admirent. Il s’agit de la concrétisation d’une œuvre

débutée depuis longtemps, que les différentes parties se sentent honorées de matérialiser. Elles sont déterminées à soutenir les efforts que consent Panzi dans la lutte pour un État où règne la justice.

« La protection des victimes, la prise en charge des victimes et la réflexion sur la prise en charge des présumés auteurs des violences, à la fois sur leur condamnation mais aussi aux raisons qui ont emmené la société à être aussi violente, fait partie des objectifs poursuivis par l’Institut Universitaire Varenne », selon le professeur Jean-Pierre Massias, qui le préside. Son but est également de mettre en place une école de droit et des travaux de recherche autour des activités de la Fondation Panzi. C’est d’ailleurs la raison des différents contacts entrepris par la délégation avec le barreau de Bukavu, les magistrats et les universitaires. Ceci s’effectue grâce à la collaboration de l’Université Catholique de Bukavu (UCB) que représente Mme Aline Bahati Cibambo, assistante de recherche de la faculté de Droit.
Au professeur de rassurer, au sujet de la lutte du docteur pour une justice équitable pour toutes les couches sociales en RDC, « nous sommes toujours aux côtés du professeur Mukwege dans cette quête là ».

Dr Christine Amisi loue l’initiative 

Par ailleurs, ce partenariat constitue un motif de satisfaction dans le camp de l’hôte. Pour la Fondation Panzi RDC, cet acte est un ouf de soulagement qui vient ravigoter les efforts qu’elle fournit dans la vivification de ses trois One Stop Center qui sont : l’Hôpital de Panzi et les centres hospitaliers de Bulenga et le Centre Hospitalier de Mulamba.
« Avoir un appui pareil, ça nous réjouit parce que ça va concrétiser tous les besoins qui n’étaient pas couverts… les malades n’auront plus à faire autant de kilomètres pour se faire soigner à Panzi. Tout ce qui se fait à Panzi, se fera aussi à Bulenga », s’est réjoui madame Christine Amisi, secrétaire exécutive de la Fondation Panzi.
Signalons que l’esprit de ce partenariat est particulièrement axé sur la prise en charge holistique, au sein du Centre Hospitalier de Bulenga. Cette première phase couvrira une période de 3 ans.

partager cet article
Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0