LE PROFESSEUR ALBERT CORHAY EN VISITE A PANZI

Le professeur Albert Corhay a rendu visite au Dr Mukwege à l’Hôpital Général de Référence de Panzi

Le professeur Albert Corhay a pris la décision de consacrer la suite de sa carrière aux différents projets qu’il a initié en RDC, aux côtés du professeur Denis Mukwege. Albert Corhay a réitéré cet engagement, ce mardi 7 novembre 2018, au sortir d’une rencontre tripartite avec le Prix Nobel de la Paix 2018 et le recteur de l’Université Evangélique en Afrique.

En complément à sa brillante carrière de professeur, et entre autre son mandat à la tête de la prestigieuse Université de Liège, le Professeur Albert Corhay est à un nouveau tournant de sa vie. Il veut à présent consacrer son temps à la recherche efficace de solutions durables aux problèmes de violences sexuelles en période de guerre : « Je viens de quitter mes fonctions de recteur, et j’ai décidé que les deux années qui suivent, j’allais les consacrer aux différents projets que j’ai en Afrique et plus particulièrement en RDC », a-t’il précisé.

Albert Corhay est aujourd’hui fier que l’Homme qui répare les femmes ait été couronné du prodigieux prix Nobel de la Paix, symbole que son partenariat avec le médecin directeur de Panzi, n’a pas été un choix hasardeux : « C’est arrivé et on ne peut que s’en réjouir ! Ce qui signifie que les choix que nous faisons sont les bons, que les personnes que l’Université de Liège met en valeur sont de bonnes personnes », s’est-il réjoui.

Des différents projets dans lesquels il a pris activement part, on peut citer la Chair Mukwege, qui se veut être un carrefour de recherches transversales relatives à la prise en charge des survivantes de violences sexuelles.

Profitant de sa rencontre avec le Dr Mukwege, lors de son passage à Liège [où il a été nommé Honoris Causa, quelques mois avant l’avènement du Prix Nobel], l’ancien recteur a eu l’initiative d’effectuer ce déplacement qui « sonne l’ouverture d’une nouvelle page de sa vie ». Il s’agit d’une page qui s’écrira par la conjugaison d’efforts de l’UEA, de la Fondation Panzi et de l’Université de Liège.

Prenant activement part au projet de mise en place de la Chair Mukwege, Gustave Mushagalusa, le recteur de l’UEA est fier que le Docteur Mukwege, également professeur à l’UEA, fasse honneur non seulement à son institution, mais également à la commune de Panzi, dans la ville de Bukavu et à toute la RDC, grâce à ce prix considéré comme le plus prestigieux au monde.
Au niveau local, le professeur Gustave Mushagalusa dit vouloir jouer sa partition pour « capitaliser cette chair qui a été créée afin de mener une recherche utile à la fois pour les congolais et pour toute la communauté internationale ».

De son côté, le professeur Denis Mukwege reconnaît la plus-value de la recherche qui sera entreprise à travers la chair qui porte son nom. Ce qui lui plaît particulièrement, c’est la multidisciplinarité de cette chair, qui intègre des chercheurs de tous les domaines et qui sera supervisée en RDC par Mme Germaine Furaha Mirindi.
« Nous accueillons cette bonne nouvelle et j’en profite pour remercier le recteur de l’Université de Liège d’avoir pris cette décision. Depuis très longtemps, je me pose des questions. Je suis médecin et en prenant en charge des victimes des violences sexuelles, j’ai rapidement compris que la partie médicale ne constituait qu’une petite partie du besoin des victimes. Cette inquiétude a été prise en charge par l’Université de Liège et aujourd’hui nous pouvons réfléchir avec des psychologues, des économistes, des sociologues, des anthropologues et même des agronomes, afin de voir dans quelle mesure on peut, non seulement traiter les femmes, mais également les réintégrer dans une société où elles seront des agents du changement au sein de leur communauté »

Rappelons que l’accompagnement de l’Université de Liège, sous la direction du professeur Albert Corhay a été à la base de l’implantation de projets spéciaux, découlant du domaine psychosocial, au sein de la Fondation Panzi et de l’Hôpital de Panzi. C’est le cas du projet « Les enfants de Panzi et d’ailleurs », qui prend en charge des enfants victimes des violences sexuelles.

partager cet article
Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0