Le professeur Denis Mukwege est sacré meilleur défenseurs des droits de l’homme

« MTETEZI WA HAKI », le Professeur Denis MUKWEGE est sacré meilleur défenseur des droits de l’homme par l’ensemble des activistes pour la défense des droits de la province du Sud-Kivu

Le Professeur Denis Mukwege est connu dans le monde entier pour son activisme auprès des femmes victimes de violences sexuelles, il a reçu de nombreux prix prestigieux à travers le monde. Un trophée supplémentaire vient compléter le palmarès de ses couronnements. Ce trophée dénommé MTETEZI WA HAKI 2017, lui remis ce 30 mars 2018 par un collectif d’organisation des droits humains de son pays, la RDC, a été accompagné d’un diplôme d’honneur du meilleur défenseur des droits de l’Homme.

La Synergie des Organisations des Droits de l’Homme au Sud-Kivu (SODH), qui rassemble en son sein 117 organisations à travers toute la province, a pour but de promouvoir et protéger les Droits de l’Homme sur le territoire congolais. Pour célébrer l’inauguration de la sortie officielle de son journal « Haki Hebdo Journal des Droits de l’Homme », qui s’est donné pour mission de dénoncer les violations des droits de l’homme en RDC ainsi que de sensibiliser et d’éduquer aux droits de l’homme, la SODH a jugé qu’il fallait primer une personnalité incarnant la défense des Droits de l’Homme en RDC. Son choix s’est naturellement dirigé vers le Professeur Denis Mukwege « qui malgré les menaces de mort, le risque d’être tué, est resté parmi son peuple et continue de se battre pour les Droits Humains en RDC », a formulé Maître Annie Malongo Mwamba, la secrétaire permanente de la SODH. Il a été offert au Professeur Denis Mukwege une sculpture d’un mètre sur un mètre représentant une belle colombe symbole de paix tenant dans son bec une fleur bleue.

Ci-dessous une partie du discours du Professeur Denis Mukwege à la remise du trophée :

« C’est un honneur de recevoir ce trophée MUTETEZI WA HAKI, c’est une fierté de voir tous ces gens se battre pour un état de droit en RDC […]. Nos droits sont niés car il y a des personnes qui croient qu’elles valent plus que les autres […]. Si nous continuons à dormir, à être anesthésiés au lieu de réclamer nos droits, ces droits continueront à être violés par ceux qui sont forts […]. Cela fait plus de 100 ans que nous sommes dans la même situation qu’aujourd’hui, que le peuple congolais est écrasé […] ! Aujourd’hui, nous avons d’autres Léopold II qui nous exterminent par la famine, le manque d’éducation, les conflits qui ne se terminent jamais. Quel est le Congolais qui peut dire que ces vingt dernières années il n’a pas perdu une sœur, un frère, un parent, un ami, un voisin ? C’est tous les jours que l’on nous informe qu’il y a des morts ici et là, tous les jours […]. Nous ne sommes pas tués par la maladie ou la vieillesse mais parce-que nous n’avons aucune défense, aucune sécurité alors que tout ça nous est garanti par la Constitution […]. Nous, Les défenseurs des droits de l’homme sommes comme des sentinelles qui veillent sur le temple de notre société, nous avons des responsabilités, nous avons un rôle à jouer malgré les pires épreuves dû à nos engagements, n’abandonnez jamais ! Nous finirons par vaincre la barbarie. Au bout du tunnel, il y aura la lumière pour notre peuple et pour les générations futures qui nous succéderont ».

partager cet article
Share on Facebook1Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0