21 Fév
0

PILIER PSYCHOSOCIAL

294 patients ont été accompagnés par le pilier psychosocial au courant de la semaine du 8 au 13 février 2021. Il s’agit de 202 nouveaux cas, dont 50 survivantes des violences sexuelles, 92 patients venus au rendez-vous pour le suivi psychologique. La majorité de cas de violences sexuelles ont été reçus à Kalemie et à Nyunzu, dans la Province de Tanganyika.

4 patients mineurs d’âge ont également été pris en charge.

Quant aux patientes soufrant des pathologies gynécologiques, 8 cas de prolapsus et 6 cas de fistule ont été accompagnés.

En outre, 31 patients ont été déchargés et ont rejoint leurs communautés.

Par ailleurs, 14 patients ont été référés du service psychosocial au pilier légal (à Idjwi, à Kaziba, à Kalemie, à Moba et à Manono), tandis que 28 référencements ont été effectués vers le pilier médical, à Kalemie, à Manono et à Nyunzu !

En termes de défi, notons que dans la province de Tanganyika, les psychologues éprouvent d’énormes difficultés car ils utilisent conjointement le cabinet.

Réalisations des différents projets

  • Les enfants de Panzi et d’ailleurs (EPA)

– Visite à domicile de 13 enfants issus du viol, à Kavumu et à Bunyakiri.

  • Programme Intégré d’Appui Holistique (PIAH)

– 5 visites à domicile et 8 séances d’écoute active réalisées en faveur de 11 enfants des centres de rattrapage scolaire à Luhwinja et à Kamituga.

  • Maison Dorcas

Accueil de 23 nouvelles bénéficiaires à la maison Dorcas et réalisation des premières séances psychologiques (accueil, écoute active, entretien clinique avec elles).

  • Projet Santé mentale pour tous

Réalisation de la réunion de planification des activités de santé mentale entre la coordination du projet et tous les intervenants dans ce projet

Coordination du pilier

– Séance de travail avec les collègues formateurs de RTF/CIRGL en prélude de la formation des formateurs nationaux de Goma et Kinshasa sur le module harmonisé FP-RTF.

– Evaluation des dossiers de patients complétés par les psychologues de l’HGR Panzi pour le mois de Janvier 2021,

– Passation du test écrit pour les postes du psychologue clinicien et APS dans les différents sites du projet appuyé par la GIZ.

– Contact des candidats ayant satisfait au test écrit pour l’interview.

PILIER LEGAL

Cette semaine, 120 nouvelles demandes d’assistance ont été reçues par le pilier légal. Il s’agit de  54 cas de violences sexuelles, 62 cas de violences basées sur le genre et 4 cas fonciers. Notons que 24 dossiers de violences basées sur le genre ont été clôturés par conciliation des parties en litige et d’autres dossiers sont en cours de traitement. D’autres par ailleurs ont été attribués aux avocats pour étude, constitution des éléments des dossiers et rédaction des plaintes en vue d’amorcer des procédures judiciaires.

Quant au suivi judiciaire, il a fait l’objet de 33 dossiers suivis devant les instances judiciaires compétentes tant civiles que militaires (polices, parquets, auditorats, cours et tribunaux). Il  sied de signaler qu’un jugement par condamnation a été obtenu au Tribunal pour enfants de Bukavu. Les dossiers suivis en justice sont repartis de la manière suivante :

– 10 dossiers régulièrement suivis à Bukavu, dont 1 au Tribunal de paix de Bukavu, 3 au Tribunal de Grande Instance de Bukavu, 2 au Parquet Général du Sud-Kivu, 1 au parquet près le Tribunal de Grande Instance de Bukavu, 1 à la Cour Militaire du Sud-Kivu, 1 à la Police de protection de l’enfance et 1 au Tribunal pour enfants de Bukavu. Le dossier suivi au Tribunal pour enfants a été jugé par une sentence de condamnation du civilement responsable à la restitution de 10.000$ des frais escroqués et aux dommages-intérêts de l’ordre de 250.000.000fc. Quant à l’enfant en conflit avec la loi, il a été placé à 4 ans au quartier spécial.

– 5 dossiers ont été suivis à Uvira, dont 2 dossiers introduits en justice, respectivement au parquet près le Tribunal de Grande Instance d’Uvira et Tribunal de Paix d’Uvira, et 3 dossiers régulièrement suivis au Tribunal de Grande Instance d’Uvira et au Tribunal de Paix d’Uvira.

1 dossier introduit à la police de Kamituga.

1 dossier introduit à la police à Shabunda.

8 dossiers suivis dont 1 dossier introduit à la police et 7 dossiers régulièrement suivis à Lemera.

5 dossiers ont été suivis à Kalemie (province de Tanganyika), dont 3 dossiers régulièrement suivis au Tribunal pour enfant et au Tribunal de Grande Instance de Kalemie, 1 dossier au parquet de grande instance de Kalemie et 1 dossier au Tribunal de paix de Moba.

– A Idjwi sud, un  dossier de violence basée sur le genre a été introduit en justice par une plainte à la police.

– A Mwenga, deux plaintes rédigées dans deux dossiers dont un dossier de violence sexuelle et un autre de violence basée sur le genre.

Sensibilisation communautaire

42 séances de sensibilisation ont été organisées, en vue d’une information plus large sur des thématiques de droit, en faveur de 2058 personnes, dont 589 hommes, 1326 femmes, 55 garçons et 114 filles.

Thèmes abordés :

– Les généralités sur les formes de violence sexuelle et ses conséquences.

– La prise en charge gratuite des cas de fistules et prolapsus.

– La nécessité de l’installation de la boite de suggestion aux bureaux des cliniques juridiques.

– La lutte contre les violences sexuelles et basées sur le genre.

– La typologie des pathologies gynécologiques prise en charge par le service SVS-Panzi.

– Le droit à l’héritage de la femme.

– Victime d’une infraction, que faire ?

– Les droits de la femme garantis par le code du travail.

– Le mariage précoce.

– Le rôle de la clinique juridique de la Fondation Panzi.

– L’importance du mariage civil.

– Les violences conjugales.

– Les agressions sexuelles et agressions physiques.

– L’interdiction des mariages précoces et forcés.

– Présentation et actions de la Fondation Panzi et ses services disponibles

– Notions, causes, conséquences et facteurs favorisant les violences basées sur le genre.

 

A ces sensibilisations ont été jointes 9 émissions radio produites et diffusées à la radio Salama de Kamituga, la radio Obuguma d’Idjwi-Nord, à la radio Mutula de Shabunda, à Mama Radio et à la Radio Maendeleo de Bukavu, à la radio le Messager du peuple d’Uvira et à la radio RTGT de Kalemie.

Thèmes des émissions :

– Les différentes formes des violences sexuelles et les services offerts par la clinique juridique (assistance juridique et judiciaire).

– La masculinité positive, une approche de dialogue communautaire pour l’accès égal des hommes et de femmes aux ressources.

– La différence entre assistance juridique et assistance judiciaire.

– Le harcèlement sexuel, mutilation sexuelle, la zoophilie, le trafic et exploitation d’enfants à des fins sexuelles.

– La grossesse forcée et la stérilisation forcée.

– La présentation des actions de la Fondation Panzi.

Des autres activités réalisées :

  • Cérémonie de remise officielle de la clinique juridique de Kaziba, construite grâce à l’appui financier de la coopération allemande (GIZ).
  • Mission préparatoire l’audience foraine à Sange et tenue d’une caravane juridique de sensibilisation.

PILIER REINSERTION SOCIO ECONOMIQUE

Prise en charge en hébergement transitoire

82 bénéficiaires ont été pris en charge à la Maison Dorcas, dont 42 adultes, 33 dépendants et 7 enfants non accompagnés.

En outre, au sein des quatre maisons d’hébergement du projet Save the girls, on a 29 bénéficiaires, dont 27 jeunes filles et 2 dépendants.

Par ailleurs, à Kinshasa, 2 survivantes des violences sexuelles et un bébé ont été prise en charge au Safe House.

Apprentissage

– A la Maison Dorcas, le lancement des formations a été effectif et 72 bénéficiaires ont été reçues au programme cette semaine, dont 13 en alphabétisation et 59 en métiers professionnels (coupe-couture, savonnerie, pâtisserie et menuiserie).

Ce nombre promet de varier, dans les jours qui viennent, parce que les bénéficiaires qui sont dans les maisons d’hébergement sont en préparation pour aussi adhérer aux formations à la Maison Dorcas.

– A Kamituga, 60 bénéficiaires (30 professionnelles de sexe et 30 Ados, dont 22 filles et 8 garçons) poursuivent leur stage, dans différents ateliers de la place, pour une reprise de formation au centre du partenaire CREMETRAL au début du mois de Mars. Le stage va durer 1 mois en vue d’un renforcement des capacités  des apprenants.

En outre, des difficultés telles que l’insuffisance des machines dans certains ateliers, l’épuisement de kits faisant objet de pratique (coupe et couture des différents vêtements) et le manque de certaines machines  spéciales (la brodeuse et surjeteuse) limitent la formation des apprenants en cette période de stage. Ainsi, à la fin du stage, il persistera un besoin de pratique sur l’utilisation de la surjeteuse et de la broderie.

– A Kinshasa, une bénéficiaire a été formée en pâtisserie par vidéo, alphabétisation et éducation à la vie.

 

 

Promotion

  • Sensibilisation :

La sensibilisation sur le respect des mesures barrières est faite dans toutes les rencontres des bénéficiaires.

  • Points de  vente (Centres Nobella).

Les 13 femmes œuvrant dans les points de vente poursuivent leurs formations en haute couture et ont commencé le module de confection des robes soirées et de mariage.

  • Associations villageoises d’épargne et de crédit (AVEC)

Au sein des AVEC, l’on a acheté 8211 parts sociales pour une valeur de 4964$. Un crédit moyen de 36$ a été octroyé à 121 membres.

Production agropastorale

Les activités agro pastorales sur tous les axes ont été suivies par les différents moniteurs agricoles et le constat fait est que les semences évoluent bien. On est déjà en saison culturale B.

Protection de l’enfance

– Pour occuper les enfants malgré la suspension des cours, des séances d’encadrements aux différents niveaux sont organisés dans le centre de rattrapage scolaire à Kamituga et à Luhwinja. Ces séances sont suivies par une sensibilisation sur le respect des mesures barrières de lutte contre la propagation du COVID-19.

– A l’aire de jeux, 72 enfants ont été encadrés cette semaine, dont 22 venus du projet SVS, 32 de la Maison Dorcas et 18 autres externes scolarisés par les projets de la Fondation Panzi.

– La reprise des cours a été fixée au 22 février, après une suspension de plus de 6 mois.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *