Madame Pramila Patten s’engage à promouvoir le modèle de Panzi a l’International

  • Accueil
  • Madame Pramila Patten s’engage à promouvoir le modèle de Panzi a l’International
2 Déc
0

Madame Pramila Patten s’engage à promouvoir le modèle de Panzi a l’International

Ce dimanche 1er décembre 2019, la représentante spéciale du Secrétaire Général des Nations Unies en charge des violences sexuelles en temps de conflits armés a visité l’Hôpital Général de Référence de Panzi.

Accompagnée de Madame Chantal Yelu Mulop, conseillère spéciale du Président de la RDC en charge de la Jeunesse et de la Lutte contre les Violences faites à la Femme, Madame Pramila Patten s’est engagée à accompagner les initiatives entreprises par le Professeur Denis Mukwege en vue d’offrir une prise en charge adéquate aux femmes abusées sexuellement dans les zones en proie aux conflits armés.

Après un entretien avec le personnel de l’hôpital portant sur le fonctionnement du modèle holistique de Panzi, les réalisations et les défis, Madame Pramila Patten a visité le bloc réservé au service SVS [Survivantes des Violences Sexuelles]. Ce pavillon héberge des femmes ayant subi des violences sexuelles ainsi que des femmes souffrant de pathologies gynécologiques telles que la fistule et le prolapsus génital.

Pramila Patten a encouragé les femmes et a précisé que la communauté internationale était solidaire de leurs souffrances : « Je suis très contente de vous rencontrer, je vous souhaite d’avoir du courage. Je sais que quand vous repartirez d’ici, vous aurez une meilleure vie ». Madame Patten s’est dit confiante en les services dispensés et proposés par le Docteur Mukwege et ses équipes. Elle a souhaité aux survivantes une santé de fer et une vie renouvelée dès leur sortie de la Fondation Panzi.

Après la visite du service SVS, Madame Patten a eu un entretien avec quelques survivants de violences sexuelles issus des zones touchées par les conflits armés dont deux hommes venus de Fizi et de Kigulube.

« Le modèle de Panzi doit etre appliqué dans d’autres regions du monde »

Pramila Patten a pris le ferme engagement de plaider afin que le travail du Docteur Mukwege soit davantage soutenu et que le modèle holistique de Panzi puisse être appliqué dans d’autres régions du monde : « Je suis vraiment très impressionnée par tout ce travail, et je continuerai mon plaidoyer pour que la Fondation [Panzi] et l’Hôpital de Panzi continuent à être soutenus par les bailleurs de fonds parce que c’est vraiment un travail extraordinaire ; non seulement en terme de services médicaux et psychosociaux dispensés aux victimes, mais cette approche vraiment axée sur les victimes et les services holistiques multisectoriels qui redonnent dignité aux victimes. Ce que font la Fondation et l’Hôpital de Panzi est un modèle à suivre dans le monde entier et je me ferai le porte-parole du beau travail réalisé ici », a-t-elle déclaré aux médias présents.

« Le président se bat déjà pour en finir avec les violences sexuelles en période de conflits »

Madame Chantal Yelu Mulop, membre du cabinet du président Felix Tshisekedi s’est dite, quant à elle, fort touchée par le sort des victimes de violences sexuelles, « une situation qui préoccupe profondément le Président de la République » a-t-elle affirmé.

Après un entretien avec les survivants, la conseillère spéciale du Président a promis d’insister auprès du chef de l’Etat afin que la question des violences sexuelles en période de conflits soit complètement éradiquée.

« Je vais rapporter cette visite au Chef de l’Etat. Le message est clair et il le connait. Il se bat déjà pour en finir avec les violences sexuelles », a-t-elle confié à la presse de Bukavu.

Notons que Madame Chantal Yelu a rencontré le Docteur Mukwege à deux reprises. Après une rencontre à Oslo, à l’occasion de la remise du Prix Nobel de la Paix 2018, l’actuelle conseillère du Président de la RDC en charge des violences sexuelles s’est récemment entretenue avec lui à l’Université de Liège en Belgique.

Si lors de leur première rencontre, Madame Mulop et le Dr Mukwege ont échangé sur « ce qu’il se passe dans les zones de conflits en relation avec la violence sexuelle », la dernière rencontre s’est avérée plus constructive. A en croire la conseillère de la présidence, ces retrouvailles ont porté sur la réplication du modèle holistique de Panzi dans d’autres zones de la RDC : « Nous nous sommes entretenus afin de voir comment nous pourrions travailler ensemble et utiliser le modèle de Panzi pour la création d’un One Stop Center à Kinshasa et peut-être dans d’autres régions », a-t-elle révélé.

En effet, le concept du guichet unique « One Stop Center » a particulièrement attiré l’attention de Madame Yelu Mulop par le fait qu’il est axé sur la personne humaine : « Pour moi, c’était très émouvant de pouvoir venir ici et d’écouter les survivants, de voir exactement ce qu’offre les quatre piliers de Panzi en terme de prise en charge et de services avec : les soins, la partie légal, psychosocial et économique ».

Partager
Classés dans :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *