Une chambre foraine à Minova

9 Oct
0

Une chambre foraine à Minova

Une action répressive à l’égard des auteurs des violences sexuelles est en cours de préparation dans le territoire de Kalehe.

Grâce à l’appui de la Fondation Panzi, 20 dossiers de violences sexuelles seront instruits et jugés,  en audience foraine à Minova, par le Tribunal de Grande Instance de Kavumu, du 14 au 23 octobre 2020.

Pendant 10 jours, la cité de Minova abritera le siège du Tribunal de Grande Instance de Kavumu ! Pour cause, la vingtaine de présumés auteurs des violences sexuelles concernés, poursuivis devant cette juridiction, proviennent du territoire de Kalehe, et pour la plupart de la cité de Minova et ses environs.

Ainsi, pour des fins pédagogiques, dans le but de décourager la commission des potentiels cas de viol, l’audience se tiendra sur place, à Minova, et sera ouverte au public local. Des travaux de mobilisation ont donc été initiés par la Clinique Juridique de la Fondation Panzi, en vue d’inciter la population à prendre part massivement à cet événement judiciaire inédit.

Minova est une cité située à l’extrémité nord de la province du Sud-Kivu, dans le territoire de Kalehe. Au vu de sa proximité avec la ville de Goma au Nord-Kivu, et son accessibilité par voie lacustre, ce centre est au cœur d’intenses activités commerciales des minerais et des produits champêtres. D’où une proportion anormalement intense des violations des droits humains, dont les viols et violences sexuelles.

Il est bordé par les hauts plateaux de Kalehe, où sont enregistrés couramment, et de manière permanente, des cas de violences sexuelles. Lors d’une rencontre avec l’administrateur du Territoire de Kalehe, à Kalehe centre, celui-ci avait révélé à une délégation de la Fondation Panzi que les violences sexuelles se consommaient dans cette partie de sa juridiction « comme une nourriture ».

A cet effet, l’organisation de cette audience foraine sur une place publique, en plein cœur de Minova, pourrait tant soit peu décourager les commissions intempestives de ces actes, fermement réprimés par la loi.

A quelques jours du déplacement pour Minova, et du début de l’audience foraine, la Clinique Juridique de la Fondation Panzi affute tout l’arsenal nécessaire pour la réussite de cet exercice qui s’inscrit dans la logique du combat du professeur Dr. Denis Mukwege, visant à mettre fin à l’impunité des crimes commis contre des personnes vulnérables en RDC.

Pour ce faire, une équipe d’avocats est prête à endosser la toge pour aller défendre ces victimes qui, en quête de la réparation des préjudices subis, se sont constituées parties civiles. Ceci, grâce à l’appui financier de la Banque Mondiale, par le biais du Fonds Social de la RDC.

Partager
Classés dans :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *