Déclaration du Dr Denis Mukwege à propos de massacre de Beni du 22 septembre 2018

C’est avec grande consternation que  j’ai appris l’attaque de Beni le samedi 22 septembre par des hommes armés supposés être des éléments des ADF (Allied Democratic Forces).

Je déplore la mort de 14 civils et 4 militaires congolais, selon le bilan de la Société Civile de Beni. Je compatis à la peine des familles éplorées et exprime mes condoléances les plus attristées ainsi que ma solidarité avec toute la communauté de Beni.

Je condamne sans réserve ces crimes barbares et lâches. Je plaide pour qu’une enquête sérieuse soit conduite dans les meilleurs délais et que les responsables de ce massacre soient poursuivis et punis.

J’exhorte le gouvernement congolais à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la protection de la population, en rappelant que la protection de civils constitue l’une des premières responsabilités de l’Etat.

J’invite la classe politique congolaise à s’unir aux organisations de la société civile et aux forces armées congolaises afin de chercher des solutions durables à ces attaques qui continuent à endeuiller la ville martyr de Beni. Je les exhorte à œuvrer au renforcement des mesures de sécurité collectives de la population et d’agir en prévention comme en répression de ces crimes odieux.

Au peuple congolais dans son ensemble, l’heure est venue de ne plus se limiter à pleurer nos morts et à dénoncer les crimes dont nous sommes en permanence victimes. Il faut maintenant des actes concrets et efficaces.

Restons solidaires avec la population de Beni, comme nous l’avons été récemment avec nos compatriotes du Kasaï et ceux d’autres régions éprouvées.

Aux Etats frères africains, le drame congolais ne peut plus être regardé avec indifférence. Lorsque la case du voisin brûle, la tradition africaine impose à chacun d’agir pour éteindre le feu. Ces deux décennies de massacres et de souffrances au Congo sont un profond déshonneur pour l’ensemble de notre continent.

Je prie enfin la communauté internationale de condamner ces actes terroristes et de punir sans réserve leurs commanditaires.

Fait à Bukavu, le 23 septembre 2018

       Dr Denis MUKWEGE

partager cet article
Share on Facebook409Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0