LA MUSICOTHERAPIE EN CONCERT

La Fondation Panzi a organisé, ce samedi 11 aout 2018 à travers le programme de musicothérapie, un concert axé sur les thèmes invoquant le renouveau social et l’espoir d’un lendemain meilleur. 

Par des chants thérapeutiques, des artistes venues de Bukavu et de Mulamba ont égayé le public réuni massivement afin d’assister au concert qui se déroulait dans la salle Ndaro de la paroisse Sainte Bernadette de Walungu.

Le programme de musicothérapie a commencé il y a un an sur le site de Mulamba. Les actrices de ce programme thérapeutique, des patientes devenues des artistes, ont exhibé la grandeur de leur savoir-faire dans le domaine musical montrant par la même occasion la charge émotionnelle qu’elles ont a gérer psychologiquement.

Accompagné de la team de la Maison Dorcas de Bukavu, l’équipe de musicothérapie de Mulamba a requinqué le public par des cantiques curatifs retraçant les histoires qu’elles ont vécues.

Les deux équipes, celle de Mulamba ainsi que celle de Bukavu, ont, à cette occasion présenté trois albums qu’elles ont pu produire au cours des deux derniers cycles thérapeutiques.  L’équipe de Mulamba, pourtant novice, a présenté deux albums, alors que l’équipe venue de Bukavu, forte de trois ans d’expérience, présentait, son tout nouvel opus.

Nchiyemire [J’assume mon sort, en langue mashi] est l’un des thèmes des deux précieux albums de la Team Mulamba. A l’image de la lutte quotidienne de la Fondation Panzi, et du professeur Denis Mukwege, cet album traduit la vie de la femme africaine, qui use de toute son énergie pour changer l’histoire de sa vie et de sa société.

A travers cette œuvre, les femmes clament leur résilience en annonçant leur victoire sur les moqueurs, qui ne prédisaient que leur échec.

L’autre album, Nonziz’omurhula [qui signifie Je cherche la paix] est un acte d’engagement des artistes à militer pour la restauration de la paix au sein de leur société. Par ces chants, l’équipe manifeste sa détermination à impliquer tout son entourage dans l’action pour la mise en place d’une harmonie sociale, géneératrice de paix intérieure.

La paix étant le gage d’un développement durable, il est indispensable pour tout humain de contribuer à son installation. C’est dans ce sens que les artistes en appellent, à travers leur engagement, à l’implication de toute la communauté

La team de la Maison Dorcas a contribué à la fête, à travers le très riche album Najipa raha [Je me procure de la joie, en swahili]. Cet album traduit les efforts que font les artistes afin d’améliorer le monde et ce, en dépit des multiples épreuves qui pourraient les priver de l’espoir d’arriver à un monde meilleur.

La musique est, en plus de l’aspect artistique, un schéma thérapeutique susceptible de promouvoir, améliorer  et maintenir la santé psychologique, physique et spirituelle d’une survivante. On en fait usage à l’Hopital de Panzi, pour décharger les patientes  des énormes charges émotionnelles jusque là destructrices. En effet, garder en soi le poids de ces charges émotionnelle peut avoir des conséquences graves sur elles, mais également sur leurs enfants et les générations qui suivront si elle ne s’en déchargent pas.

Ce type de thérapie est donc crucial pour la santé mentale d’un peuple ou d’une communauté qui est prisonnière de douleurs intérieures.

partager cet article
Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0