« LA RESPONSABILITE DE L’INTELLECTUEL FACE AU PERIL DE LA NATION CONGOLAISE ».

Pour la tenue de la conférence des intellectuels, l’équipe est quasi complète à Kisangani. Il ne manque que le metteur en scène.

Il se tiendra, ce 25 avril 2018 à Kisangani, une grande conférence des professeurs à l’intention de la crème intellectuelle congolaise. Cette grande messe des instruits, organisée par l’Université Mariste au Congo en collaboration avec d’autres établissements universitaires de Kisangani, connait l’appui de la Fondation Panzi à travers son projet Chemin de la Paix.

Organisé dans l’un des grands bastions de la science en RDC avec l’appui technique de Me Elly KAYEMBE de l’ONG-AJDDH exerçant à Kisangani, cette conférence connaîtra la participation d’une douzaine d’éminents professeurs provenant des tous les horizons du pays. Il s’agit de :

Prof. Philippe KAGANDA (Université Evangélique en Afrique)
Prof. Patrick MATATA MAKALAMBA (Université de Kisangani)
Prof BILLY BOLAKONGA Recteur de l’Université Mariste au Congo de Kisangani,
Prof. Antoine NGUTE (Université de Kisangani)
Prof. Paul-René LUHATA TAMBWE (Université de Kinshasa)
Prof. Jacques DJOLI (Université de Kinshasa).
Prof. Norbert KAMPETENGA (Université de Lubumbashi)
Prof. Mathieu KALELE (Université de Kinshasa)
Prof. Arnold NYALUMA (Université catholique de Bukavu)
Prof. André MBATA (University of South Africa & Université de Kinshasa)
Prof. Alphonse MAINDO (Université de Kisangani) et du professeur Denis Mukwege de l’Université Evangélique en Afrique.

Dès ce lundi 23 avril 2018, l’équipe est presque complet. Des douze professeurs attendus, onze sont sur place ; ne manque que le professeur Denis Mukwege dont les déplacements à l’intérieur du pays ne cessent de subir de vagues de restriction de la part de ses détracteurs ces derniers temps. Allusion faite à son voyage de Bunyakiri, annulé in extremis en toute fin du mois de mars 2018.
Il se constate un fort acharnement contre la personne du docteur Mukwege par certaines autorités politico-administratives du pays. Cette situation enfreint pas mal la sécurité d’un digne fils du pays dont la notoriété et le savoir-faire font l’honneur de cette grande nation.
Pour l’heure, la ville de Kisangani est en totale effervescence attendant la venue du Prix Sakharov 2014, dont l’arrivée dépend principalement de l’accord de la MONUSCO, qui lui sert de sécurité, et du programme de vol. Signalons tout de même que son équipe d’attache est déjà sur place et que le décor est donc planté.

Par ailleurs, notons que l’intégralité de cette communication scientifique et patriotique, axée sur “La responsabilité de l’intellectuel face au péril de la nation congolaise“, sera retransmise en directe sur notre page facebook https://www.facebook.com/PanziFoundationDRC/?ref=br_rs.

La ville de Kisangani, étant historiquement reconnue comme une agglomération intellectuelle, cette conférence donnera une impulsion particulière à la révolution de la mentalité de l’intellectuel congolais, longtemps resté spectateur face à la situation sociopolitique de son pays.
Cette conférence s’inscrit dans une ligne de la continuité des conférences dont la première a été organisée à Kinshasa, la suivante à Bukavu, et maintenant voici le tour de Kisangani. Cette phase du long marathon de conscientisation de la classe intellectuelle du Congo ira chuter à Lubumbashi où s’organiseront des assises similaires au cours du mois de mai 2018.
« La maturité d’un Etat s’évalue en fonction de sa capacité à soumettre scrupuleusement son propre fonctionnement aux lois fondamentales qu’il a édictées. La violation des lois, leur interprétation tendancieuse fragilise toute la cohésion nationale et laisse aux gouvernés un sentiment amer d’avoir été abusés, violés », dixit le professeur Denis Mukwege.

partager cet article
Share on Facebook64Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0