19 prestataires sanitaires de la zone de Kalole (Shabunda) formés sur la prise en charge de violences sexuelles et pathologies uro-gynécologiques

  • Accueil
  • 19 prestataires sanitaires de la zone de Kalole (Shabunda) formés sur la prise en charge de violences sexuelles et pathologies uro-gynécologiques
16 Oct
0

19 prestataires sanitaires de la zone de Kalole (Shabunda) formés sur la prise en charge de violences sexuelles et pathologies uro-gynécologiques

Du 29 Septembre au 6 Octobre 2020, une équipe de la fondation Panzi, à travers la mobile, a effectué une descente à Kalole (Sud-Kivu), en passant par Kama (Maniema) avec la facilitation de transport assurée par Aviation Sans Frontières (ASF) ; afin de former les prestataires sanitaires de cette contrée dans la prise en charge des violences sexuelles et celles basées sur le genre ainsi que les pathologies uro-gynécologiques. Occasion aussi pour le lancement du nouveau projet de préventions et réponses aux violences basées sur le genre (PRVBG) avec l’appui financier du Fonds Social de la RDC.

Au total 19 prestataires ont bénéficié de la formation pendant 5 jours afin de relever le niveau pour exécuter le modèle des activités de la clinique mobile. Financé par la Banque Mondiale, ce projet a une durée de 5 ans. Il est exécuté par la fondation Panzi et le Fonds Social de la RDC.

Sur les 5 ans, la fondation Panzi compte accompagner ce projet pendant 2 ans, dans son modèle de prise en charge des cliniques mobiles, afin que les prestataires de Kalole prennent la relève pour les 3 ans restants mais toujours sous la supervision de l’équipe de la Fondation Panzi.

Les 5 jours de formation ont été consacrés à la compréhension du modèle de prise en charge holistique de Panzi. Une fois les notions apprises maitrisées,  les prestataires interviendront pour une meilleure prise en charge selon le modèle de Panzi, en se basant sur les 4 piliers du modèle holistique (Médical, psychosocial, juridique et judiciaire et aussi  sur la réinsertion socio-économique).

A l’issue de cette formation, un participant a donné son impression sur les leçons apprises. Madame Kika Bora, infirmière à l’hôpital général de Kalole : « J’ai participé à la formation dispensée par la clinique mobile venant  de la fondation de Panzi. On a beaucoup appris sur la violence sexuelle.  On a reçu des enseignements sur l’organe génital de la femme surtout les pathologies qui affectent les organes génitaux de la femme. Ainsi, nous demandons à Panzi d’étendre ce projet au-delà de la zone de santé de Kalole ».

Partager
Classés dans :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *