DES JEUNES DE FONDS NGANGI PASSENT A PANZI ET APPRÉCIENT L’OEUVRE

29 Août
0

DES JEUNES DE FONDS NGANGI PASSENT A PANZI ET APPRÉCIENT L’OEUVRE

La Fondation Panzi et l’hôpital de Panzi ont reçu, le mercredi 21 août 2019, une délégation constituée de plus d’une quarantaine de jeunes encadrés par le Fonds Ngangi, en province du Nord-Kivu. Ces jeunes étudiants sont venus palper du doigt le grand travail qui s’effectue à Panzi dans le domaine de la prise en charge des femmes victimes deviolences sexuelles et autres victimes de pathologies gynécologiques.

C’est en plein milieu d’avant-midi que la délégation des jeunes étudiants a été accueillie à l’Hôpital de Panzi. A leur arrivée, les  jeunes visiteurs   ont eu droit à une présentation théorique de l’institution avant d’effectuer une visite guidée au sein de l’Hôpital afin de comprendre les différents services qui y sont rendus.

Dans la salle de réunion où étaient reçus les jeunes étudiants, le médecin chef de staff de l’Hôpital de Panzi a fait une brève présentation de l’Hôpital, partant de sa genèse au plan directeur de sa rénovation, en passant par ses diverses réalisations.

Dr Nfundiko a insisté sur les raisons qui ont poussé l’Hôpital à privilégier la prise en charge des femmes victimes de violences sexuelles. Alors que l’idée initiale de Dr Mukwege était de mettre en place une structure qui promeut la santé de la reproduction, les premiers reçus dans cet établissement hospitalier ont tout bouleversé. La première patiente qui sera reçue était une femme qui avait attrapé des balles après avoir été abusée sexuellement, ceci a amené l’initiateur de l’Hôpital à comprendre que le mal était grand et qu’il devait être combattu. C’est ainsi que Dr Mukwege focalisera le gros de ses efforts à la prise en charge médicale des survivantes des violences sexuelles, une approche qui évoluera jusqu’à la prise en charge holistique. 

L’équipe visiteuse comptait en son sein des jeunes étudiants venus de la ville volcanique, de Goma, et une  dizaine de jeunes membres du Fonds Ngangi venus principalement de la Belgique mais également d’autres pays d’Europe. Dans son adresse à la jeunesse, Dr Nfundiko est revenu sur la situation humanitaire alarmante de la RDC. Il a appelé les jeunes congolais à prendre conscience de leurs responsabilités afin de léguer à leur pays un avenir meilleur. Aux jeunes européens, le médecin chef de staff de l’Hôpital de Panzi a demandé de plaider auprès de leurs Etats de provenance afin que ceux-ci s’impliquent pour mettre un terme aux défis humanitaires que traverse la RDC.

Après l’entretien avec le médecin chef de Staff, les jeunes étudiants ont suivi un film qui résume le processus de prise en charge des femmes victimes de violences sexuelles, à travers le « One Stop Center ».

La délégation a ensuite effectué une visite au sein de certains services de l’Hôpital. Selon qu’ils en ont exprimé le désir, les jeunes étudiants ont visité le géant laboratoire de l’Hôpital, le service de dialyse, la néonatologie, avant de chuter à  au service SVS (Survivantes des Violences Sexuelles).

Il s’en est suivi l’étape de la Fondation Panzi où les jeunes ont fait connaissance de diverses formations organisées à l’égard des femmes encadrées par la Maison Dorcas. Il s’agit des femmes ayant été soignées à l’Hôpital de Panzi (survivantes des violences sexuelles et patientes des diverses pathologies gynécologiques) associées à d’autres femmes vulnérables de la communauté.

 

Au terme de cette visite, l’équipe s’est dite totalement satisfaite du travail qu’abattent la Fondation Panzi et l’Hôpital général de Référence de Panzi, sous le leadership de son initiateur, le professeur Denis Mukwege. Pour mademoiselle Asifiwe Bahati Miracle, ce moment était particulier car cela lui a permis de découvrir ces grandes œuvres qui ne se trouvent nulle part ailleurs, ici en RDC. Pour cette jeune fille, qui vient à peine de finir l’école secondaire et qui veut poursuivre ses études en pharmacie, le professeur Denis Mukwege est une source d’inspiration et un modèle à suivre pour la jeunesse congolaise.

« Pour moi en tant que jeune Congolaise, le Dr DENIS MUKWEGE est une grande inspiration, il me pousse à aller loin et il me montre que dans la vie, peu importe le menaces ou les contraintes qu’on peut rencontrer, il faut toujours aller de l’avant. Il a aidé les femmes à se faire confiance et à aller de l’avant. Vraiment je trouve que c’est un homme qui aide la jeunesse à aller de l’avant, en leur montrant de ne pas limiter leurs inspirations et leurs idées, il est pour nous un grand exemple », a confié Asifiwe Miracle.

Quant au Fonds Ngangi, il ne regrette pas d’avoir entrepris le passage par Panzi. Pour Quintin de Streel, responsable de cette asbl de droit belge, cette expérience était édifiante et vaut la peine d’être vantée à sa juste valeur. Il révèle que nombre d’entre les jeunes de son équipe ont été attirés par cette grande œuvre.

« C’était une expérience très  enrichissante et pleine en émotions. On a eu la chance de voir comment l’hôpital de Panzi fonctionne et  dans le groupe il y a pas mal de personnes qui sont attirées par le monde de la santé. Ceci leur a permis d’avoir une introduction au monde hospitalier et en plus de cela, on a pu parler de l’histoire de Panzi et du parcours du Dr Denis Mukwege et tout en liant avec l’histoire du Congo et de la région des pays du grand Lacs. On a aussi parlé des atrocités qui sont faites aux femmes. Nous avons ainsi compris les causes de ces atrocités.On a été aussi impressionné par le boulot de Dr Mukwege car c’est quelqu’un de plus inspirant pour tous et donc on l’encourage fortement à continuer son action qui est une chance énorme pour la population dans la région », a reconnu ce jeune Belge

En effet, au début de chaque année académique, le Fonds Ngangi organise des sorties avec les enfants qu’il prend en charge, surtout ceux qui veulent embrasser la vie académique afin de « leur donner les notions nécessaires pour qu’ils puissent être performants  à l’Université et dans leur vie professionnelle ».

La raison pour le Fonds Ngangi d’avoir conduit les jeunes à Panzi, cette année, c’est pour leur ouvrir les yeux par rapport aux problèmes qui hantent la région et  susciter en eux un sentiment de responsabilité et un sens élevé de patriotisme.

Partager
Classés dans :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *